Le Département de Numismatique et d’Épigraphique

La collection numismatique existe depuis la fondation du Musée. Déjà en 1936, elle comptait quelques milliers de pièces. La première découverte majeure avec laquelle la collection fut enrichie était une partie du lot de monnaies romaines en argent du village de Kamenica.

Le Musée aujourd’hui a les collections numismatiques suivantes : la collection de monnaie grecque, la collection de monnaie romaine, la collection de monnaie byzantine, la collection de monnaie médiévale et la collection de monnaie de période contemporaine. Dans les collections qui incluent une période très longue, du IV siècle avant J.C. à nos jours se trouve plus de 11.500 pièces.

La collection la plus nombreuse est la collection de monnaie romaine qui contient vers 8.500 pièces de découvertes individuelles et quelques découvertes communes de monnaies – lots.

La valeur de la collection provient des grands lots de monnaies romaines en bronze du IVème et Vème siècle, comme la partie du lot de monnaies romaines en argent déjà mentionné (deuxième moitié du Ier siècle – première décade du IIème siècle) du village de Kamenica, connue et dispersée dans le monde entier.

La valeur de la collection provient des grands lots de monnaies romaines en bronze du IVème et Vème siècle, comme la partie du lot de monnaies romaines en argent déjà mentionnée du village de Kamenica, connue et dispersée dans le monde entier.

La collection épigraphique compte près de 150 monuments. La majorité représente les monuments de la période romaine provenant de Niš antique et de Timacum Minus (village Ravna près de Knjaževac). La majorité des monuments à une inscription en latin, et seulement un petit nombre en langue grecque (icone et sculpture votives). Les monuments incluent la période temporelle de presque 6 siècles (I-VI siècle) et sont divers par leur contenu.

Les objets importants de la collection sont : le diplôme militaire romain (deux plaques de bronze avec inscription sur toutes les quatre côtés), le monument votif de Marcus Aurelius Posidonius, décurion du municipium de Naissus (IIème siècle), des statues votives d’Asclépios et d’Hygie de porphyre avec l’inscription en grec et autre.

Les commentaires sont fermés.