Le Département de la conservation et la restauration

Depuis la fondation du Musée en 1933, en plus de la collecte et la conservation des biens culturels mobiliers par les fondateurs du musée, il y a eu une prise de conscience de la protection de ces éléments. Les débuts de la protection visaient les principes de base de soins préventifs, tandis que la conservation professionnelle des cas significatifs fut effectuée au Musée National de Belgrade.

Par le recrutement d’un conservateur qualifié en 1962 se créent les conditions pour la mise en place du service de conservation dans lequel a était faite la conservation et la protection d’objet de céramique, pierre et bois. Par l’établissement du laboratoire en 1984, les travaux de conservation s’étendent à des objets en métal, quelques années plus tard à ceux en textile.

Pendant le bombardement en 1999, les locaux du département de conservation et de restauration, qui se trouvaient au Musée « 12 Février » au Camp Croix-Rouge, ont été gravement endommagés. Le problème d’espace a été partiellement résolu par l’adaptation de pièces dans le bâtiment du Musée en 2003 et 2006.

L’activité principale du département de la conservation et de restauration est la protection et le traitement des biens culturels mobiles en métal, pierre, céramique, textile, verre et bois dans les domaines de l’archéologie, la numismatique, l’épigraphie, l’ histoire de l’art, de l’ethnologie en vue de leur exposition et recherche.

En plus de la conservation préventive des objets de musée dans le dépôt et aux expositions, les experts de ce département effectuent aussi l’éducation des jeunes collègues d’autres musées en Serbie.

Les commentaires sont fermés.