Le Département de l’Étude du Patrimoine Littéraire

La Collection Mémorielle de Stevan Sremac

Stevan Sremac, universitaire, historien, professeur, écrivain, né à Senta le 23 novembre 1855, décédé à Soko Banja le 24 août 1906. Il a fini l’école primaire à Senta, le lycée à Belgrade, où il a étudié et a été le est le diplômé de la Grande École, au département historico-philologique (1874-1878). Il participe comme volontaire dans la seconde guerre serbo-turque (1877-1878), et après la fin de la guerre, travaille quelques mois de travail en tant que stagiaire au Ministère des Finances à Belgrade. Il a servi en tant que professeur d’histoire et de langue serbe et de la littérature au Lycée de Niš (1879 – 1892), et une courte période de temps à Pirot (1881- 1883). Au moment de son départ de Niš en 1892 jusqu’à sa mort en 1906, il a été professeur dans les lycées de Belgrade. l’œuvre littéraire de Sremac appartient au réalisme serbe dans lequel il dépeint la vie et les personnages de la Voïvodine, Belgrade et Niš du milieu du XIXème siècle. Les œuvres les plus importantes des récits historiques Tiré des anciens livres, Le pope Ćira et le pope Spira, Kir – Guerasse, Vukadin, Zona Zamfirova, La Slava d’Ivko, Ibish – aga, de nombreuses petites histoires et écrits polémiques. Pour son travail national et instructif, Sremac a été décoré à la vie de la Croix de Takovo IV degré (1896) et deux Ordre de Saint Sava de IIIème et IVème ordre (1900, 1904).

La collection Stevan Sremac a été formée à partir de l’héritage de l’écrivain acheté en 1951 et 1952 d’un ami de l’écrivain, le biographe et l’écrivain Milorad Pavlović Krpa, deux objets ont été achetés en 1961 et 1968 d’Angelina Pavlović, fille de M. Pavlović. La collection a était enrichie en 2012 par leur cadeau de l’écrivain Kosta Dimitrijević et l’historien d’art Nikola Kusovac. La collection comprend 179 objets et la bibliothèque personnelle de Sremac avec 447 livres. Dans la collection sont les manuscrits originaux (33) et des manuscrits de son oncle Jovan Djordjević, l’écrivain de l’hymne serbe (16), que Sremac a préservé après sa mort en en 1900. La collection de manuscrits contenant des fragments de la première version d’origine du roman Zona Zamfirova, le manuscrit complet de l’histoire Ibish – aga, des extraits de manuscrits Kir – Guerasse, des histoires La fumée dans la fumée, Le Gilet, l’Idéal, la préparation et les notes pour des conférences scolaires sur l’histoire, des photographies, des cartes postales et des recettes du commerce , la carte scolaire géographique imprimée à Vienne (1880), des objets personnels, deux tableaux (le rêve du prince Marko par Kiril Kutlik vers 1900), des lithographies, des meuble, les chambres de travail à Niš et Belgrade (bureau d’écriture et une table de salon, une chaise de travail et une chaise de repos, une étagère pour livres, la canne de Sremac et la canne originale d’Ibish – aga). Dans le fonds de manuscrits de Jovan Djordjević sont les premiers poèmes: Mon poème, Prince Pavo, Ecriture de mémoire, Les expériences remarquables de mon père et mon oncle dans la guerre de serbo- hongroise de 1848 à 1849, La lettre aux parents et autres. Dans le fonds de la bibliothèque de Sremac, en plus de livres en langue serbe, il y a un petit nombre de livres écrits en langue cyrillique russoslave ecclésiastique cyrillique et en cyrillique russe civile. Une partie des livres est en langues étrangères: allemand, russe, français, bulgare, allemand, latin et hongrois. La valeur exceptionnelle de cette bibliothèque est que de nombreux exemplaire appartiennent à la catégorie des vieux livres: la plus ancienne édition de la Bible publiée à Moscou en 1762 en langue russoslave ecclésiastique, ensuite les œuvres de Vuk Karadžić de 1845 à 1857 publiées à Vienne dans l’imprimerie du monastère arménien, La Petite Grammaire Serbe de Djuro Daničić de 1850 et autres.

Le matériel de la collection exposé dans la chambre mémorielle de Stevan Sremac et a plusieurs expositions d’étude: Stevan Sremac – citoyen et poète du vieux Niš (1980), Les temps nichois de Stevan Sremac 1879-1892 (2005), Stevan Sremac, l’académique et l’académicien (2011). La collection a été publié dans le catalogue du légat de Stevan Sremac (2005), le fonds personnels de la bibliothèque de l’écrivain dans le catalogue de la bibliothèque de Stevan Sremac (2004) et a été numérisé en 2014. Les manuscrits de travail, les archives et la bibliothèque personnelle de Sremac ont été déclarés en 2014 comme patrimoine culturel d’une grande importance. (JM)

La Collection Mémorielle de Branko Miljković

Branko Miljković (Niš, 1934 – Zagreb, 1961), poète, philosophe, essayiste, traducteur et chronique, le poète le plus important (néo) symboliste de la poésie moderne serbe de la deuxième génération d’après-guerre des années cinquante et soixante. Il est entre dans l’histoire littéraire comme un poète de versification brillante, maître des formes lyriques dont la poétique dépendait de la combinaison du surréalisme, des symbolismes russe et français, de la philosophie hellénique et du patrimoine épique national.

Il a terminé l’école primaire et le lycée à Niš, la Faculté de philosophie – le Département de philosophie à Belgrade (1957). Durant sa vie, il a publié cinq livres de poèmes: En vain je la réveille (1957), Par la mort contre la mort (1959, avec Blaž Šćepanović), L’Origine de l’espoir (1960), le Feu et le rien (1960), publié par la Fondation Ras l’édition bibliophile poésie patriotique Le sang qui brille (1961). Il a traduit des poètes russes et français, a publié une série d’essais, des textes critiques, était le rédacteur en chef de magazines littéraires et des revues à Belgrade Perspectives et journaux littéraires et débats littéraires de Zagreb, membre de l’Association des écrivains de Serbie et de la Yougoslavie et de la Communauté des écrivains européens (COMES), basé à Rome, reçu en début février 1961. Pour le recueil de poèmes Le feu et le rien a obtenu le prix Octobre de la ville de Belgrade (1960). Il a été traduit en plus de vingt langues, inclut dans de nombreuses anthologies dans le pays et à l’étranger. Une sélection de poème a été publiée (Poèmes, Prosveta, Belgrade, 1965) et la Collection des Œuvres en quatre volumes (Gradina, Niš, 1972).

À l’occasion du dixième anniversaire de la mort du poète en 1971, la famille Miljković a donné son héritage à la ville de Niš, qui a été repris par le Musée à la garde et pour former la Collection Branko Miljković. Une partie de l’héritage restant, meubles de la chambre de travail du poète, la famille en a fait don en 1981. La collection comprend 1.173 objets et la bibliothèque personnelle du poète avec 444 exemplaires de livres (monographies et publications en série et 39 livres avec dédicace). Dans celle-ci est une collection de 432 manuscrits de poèmes originaux, des traductions de poètes russes et français, d’essais, de textes critiques, de notes et d’impressions des références philosophiques et littéraires, chronologiquement divisés par leur création, avant 1953, les premiers manuscrits, et plus tard, de 1953 à 1960. La collection de correspondance contient 222 unités: lettres des contemporains, cartes postales, cartes de visite, invitations, télégrammes, correspondance personnelle et d’affaires. Deux lettres sont d’une grande importance pour la biographie littéraire du poète – la lettre du poète français Alain Bosquet (1960) et de l’écrivain italien Giancarlo Vigoreli (1961) et du secrétaire général de l’Union des écrivains européens (COMES) basé à Rome. Les collections de fonds sont des documents personnels et des objets, des vêtements, des photos et un album de photos de famille, Charte du Prix d’Octobre de Belgrade (1960), des pièces de meubles des chambres de travail de Niš et Belgrade, collection d’article de presse, du matériel d’étude et documentaire de la collection.

La collection de livres est exposée sélectivement à plusieurs reprises dans le cadre de la Chambre Mémorielle et a deux expositions d’étude avec catalogues d’accompagnement: à l’occasion du vingtième anniversaire de la mort du poète en 1981, l’exposition Branko Miljković – par lui-même, et pour marquer le cinquantième anniversaire de sa mort en 2011, l’exposition Branko Miljković – poésie comme destin. La collection a été partiellement publiée dans le catalogue de l’exposition de 2011, du fonds de la bibliothèque privée dans la publication le Catalogue de la bibliothèque de Branko Miljković (2011). Une sélection de sa correspondance a été préparée dans le livre Branko Miljković, correspondance, documents de dédicace  (2012). La collection a été numérisée en 2014. Les matériaux manuscrits, archives et la bibliothèque personnelle Miljkovic ont été déclarés en 2014 comme patrimoine culturel de grande importance.

Les commentaires sont fermés.