Médiana

L’habitat antique de Médiana se trouve en partie centrale de la Serbie, à distance de 5km de la ville de Niš et représente un complexe unique créé du temps de Constantin le Grand (306-337) et de ses fils. Les fouilles archéologiques pendant de longues années indiquent a l’existence de trois phase principales de construction qui incluent la période dès la fin du III au début du IV siècle jusqu’au milieu du V siècle. La vie intense à Médiana dura aussi dans la période de 337 à 361, dans le temps des successeurs de Constantin, Constance et Constantius II, comme dans la courte période du règne de Julian Apostolat. Durant les excavations, on a enregistré l’existence d’une vingtaine de bâtiments, desquels la majorité a été étudiée : la villa avec le péristyle, les thermes, l’entrepôt /la cave de vin, la villa avec la tour octogonale et grandes salles, deux églises paléochrétiennes et une nécropole. L’habitat fut détruit par le déferlement des Huns de 441-443, et l’espace de Médiana fut repeuple que pendant le Moyen Age, mais a une moindre envergure.

Médiana fut aussi une résidence impériale construite pour les loisirs et l’exécution d’affaires d’état, mais aussi comme une propriété agricole. À Médiana se collectait et redistribuait la taxe (anonna) en forme de denrées, pour le soutien de la régie impériale, militaire et fonctionnaire. En 364, à Médiana, les empereurs Valens et Valentinian ont partagé l’escorte et l’armée romaine. l’importance de Médiana peut se voir par sa fonction résidentielle, administrative, économique et sacrale. La partie résidentielle consiste des bâtiments richement décorés avec ornements architecturaux, mosaïques, fresques et sculptures. La partie économique est faite d’un nombre important d’ateliers et de magasins pour le stockage des biens. La partie sacrale consiste de deux églises paléochrétiennes.

LA VILLA AVEC PÉRISTYLE prend la partie centrale à Médiana. Le complexe de la villa avec péristyle, thermes et deux stibadiums est mis à part de l’autre partie de l’habitat par un mur que le divise et qui forme une grande, vaste cour au nord (155 x 215 m) et deux cour latérales plus petites au sud (30 x 90 m), d’une surface totale de 4,7 ha (155 x 305 m). À leurs limites se trouvent un portail monumental, préservé dans la zone de fondation (29 x 2,2 m). la substructure du chemin d’approche a été découverte au sud et nord du portail antique en longueur totale de 80 m et elle mène jusqu’à une pièce rectangulaire (vestibule), sur le chemin d’approche du la partie sud de la villa, a une distance de 2 m de l’entrée dans la villa même, de dimensions intérieures 8,2 x 8,2 m.

La villa même est un bâtiment spacieux d’une fondation allongée, d’une grandeur de 98 x 63 m, orientée dans la direction nord-sud. La partie sud de la villa consiste de deux porches extérieurs, des côtés est et ouest, de dimension 25 x 7 m. La partie centrale est une cour plus grande avec un impluvium, entoure de colonnes qui forment le porche (péristyle). L’entrée dans la cour est marquée avec deux pilons massifs qui ferment cette partie du porche en hémicycle, et au-dessus de cet espace se trouvait une semi-calotte. En face de l’entrée, dans la base du péristyle, du côté nord, était la grande salle de réception (aula) avec un bout en semi rond renforcé de pilastres. On entrait dans cet espace par le podium, élevé avec trois escaliers. À l’est et l’ouest de cette pièce s’alignaient une dizaine de chambres de grandeur et forme inégales.

Dans les parties nord-est et nord-ouest de la villa, le long de la façade nord, se trouvaient deux petits stibadiums (petite salle à manger), qui étaient prévus pour les réceptions et fêtes plus intimes. La partie centrale du stibadium A (en dessous du Musée) forme un hexagone (paroi 3 x 3,2 m) au centre duquel est une fontaine, également faite en forme d’hexagone. Autour se trouvent trois pièces, dans lesquelles se trouvaient des sofas en forme de la lettre S (sigma). L’entrée dans le stibadium A se trouve dans la partie sud et consiste de deux espaces d’entrée de grandeur égales. Le sol dans ce bâtiment était orne de mosaïques.

Le stibadium B, qui se trouve au coin nord-est, était d’une base ronde avec annexes à l’est et l’ouest. Au sud, il était lié avec la pièce de la villa. Les sols étaient ornés de mosaïques de formes géométriques et florales, et des mosaïques faits d’une patte en verre avec lamellés d’or décoraient les murs. Les parapets avaient une couche de marbre.

Les pièces dans la partie nord de la villa et l’étage au-dessus d’eux servaient comme espace pour réceptions et logement de visiteurs importants. Les pièces à l’est, au sud et à l’ouest avaient un caractère plus administratif et par ailleurs servaient à l’office impérial (officium) dans le temps du séjour de l’empereur à Médiana.

Dans la partie nord-ouest, la villa est connecte par un corridor avec la salle de bains (thermae) d’une surface de 625 m2. La construction est d’un ordre central avec bains chauds (tepidarium) au sud et bains froids (frigidarium) au nord. L’espace central consistait d’une pièce centrale pour exercice (palestra).

De nombreux éléments de construction architectonique et plastiques (chapiteaux, plaques de marbres avec reliefs et autres) furent trouves dans la zone de la villa et de ses alentours immédiats. La décoration du sol a été préservée en grande partie, tandis que celle des murs a un faible degré. Un septième de la surface de la villa avec péristyle et deux stibadiums est couvert avec mosaïques de motifs géométriques d’octogone, de losanges et carrés, dans lesquels sont introduits des motifs végétaux et de motifs « d’hélice ».  Des motifs similaires apparaissent aussi sur les mosaïques dans le couloir qui mène aux thermes, comme dans certaines parties des thermes. De ce groupe décoratif se distinguent deux mosaïques avec des représentations figuratives. A l’entrée de la salle de réception (aula) se trouve un mosaïque avec une représentation de Leda et du cygne (préservé en fragment) et au coin une déité (Fluvius), et à l’intérieur de la salle, une mosaïque avec la représentation de la tête de la Méduse.

Les fragments préservés des fresques, qui apparaissent sur les murs de la villa, ne rendent pas possible une analyse plus détaillée car ils ont été préservés les parties inferieures sur lesquelles sont présentés les motifs des plaques des parapets en marbre.

Dans une des pièces de la villa, en 1972 a été trouvé un lot commun de sculptures en marbre et porphyre qui étaient misent à part après la destruction de la villa. Les sculptures sont de dimensions moindres et appartiennent au groupe à caractère iatrique-sotériologique (Asclépios, Hygie, Télésphore) et en fonction primaire appartenaient à un ou plusieurs bâtiments à caractères sacrales. On assume qu’elles consistaient une partie d’un plus petit temple qui se trouvait dans la salle pour réception (aula), où elles ont été amenées dans le temps de l’empereur Julian 361. Il est probable qu’à ce temple appartenait la clôture en bronze trouvée en 2000, a peu près 100 m nord-est de la villa.

Deux églises paléochrétiennes plus petites furent découvertes à 45 m à l’est du mur est de la villa avec péristyle entre une des pièces des baraques militaires et du mur ceinturant la villa. Elles se trouvent à une distance mutuelle de 7 m et représentent un complexe sacral date à la fin du IV et début du V siècle.

L’église au sud est un bâtiment avec une nef d’une longueur totale de 14 m et d’une largeur de 5,6 m. Elle se consiste d’un narthex large et allongé (7 x 4,5 m) et d’un naos (3 x 4,5 m). Au côté ouest est l’abside spacieuse du naos d’une profondeur de 2 m. Sur le sol en mortier de la nef, à l’endroit de la chaire, se trouve une représentation du Chrisme faite dans une mosaïque de cubes secondaires (tesserae). Le sol dans le narthex était carrelé de briques. On assume que l’entrée se trouvait au coin nord-est, à l’assemblage du mur de l’église et du mur de la pièce des baraques militaires. Elle a été construite de débris de brique antiques, des galets de rivières et de pièces de pierres cassées dans du mortier de boue.

L’église au nord-est d’une base complexe et consiste d’un espace entier (8,5 x 5,5 m) et d’un espace de deux pièces (6,5 x 3 m). La partie sud est faite du naos avec la construction de la chaire dans la partie centrale et une abside spacieuse d’une profondeur de 2 m et des traces d’un siège (synthronos). A la partie nord est une paraclèse rectangulaire. L’entrée se trouvait au coin nord-ouest.

L’ENTREPÔT / LA CAVE DE VIN est situé à l’ouest de la villa a une distance d’environ 150 m. il s’agit d’un bâtiment spacieux avec base rectangulaire (91 x 27 m), orienté dans la direction est-ouest. L’intérieur du bâtiment est divisé en deux rangés de colonnes entre lesquelles sont mises des immense jarres en argile – les doliums (hauteur presque 2 m), presqu’à moitié enfoui dans le sol. Le long du mur ouest se trouvaient les cuves profondes jusqu’à 1,4 m qui servaient pour la réception des liquides (huiles, vins). L’entrée large dans le magasin se trouvait du côté sud, et devant lui existait un porche couvert avec des colonnes. Du porche, on entrait dans deux pièces séparées au coin sud-est du bâtiment, et aussi à part une rangée de pièces. Cette rangée a dû avoir une construction étagère et servait pour le logement de l’administration impériale dans le ressort de laquelle se trouvait la collecte et distribution de blé et vin.

LES BARAQUES MILITARIES s’étendent au nord, est et en partie ouest de l’entrepôt.  La longueur totale de l’aile nord est de 232 m, et celle de l’est 137 m. La disposition de pièces est par un ordre prédéterminé dans lequel s’échange des pièces longues de l’entrepôt et deux pièces de séjour plus petites, de même taille. Les murs des bâtiments sont préservés dans, à peu près, la même hauteur. Les sols sont dans la majorité des pièces bien préservés. Après la destruction de la villa en 378, ces baraques servirent à la population nouvellement arrivée comme espace de logement et activités diverses. À plusieurs endroits ont été constatés des restes de plans de travail de différentes dimensions et constructions.

LA TOUR D’EAU (CASTELLUM AQUAE) se trouvait sur la pente de la colline Vlase, à 500 m du centre de Médiana. Elle est orientée dans la direction nord-sud. La tour d’eau est en fait un réservoir de type passager et accumulatif, incruste dans une couche d’argile jaune imperméable. Sa fonction rejoignait le calmement, la sédimentation, le filtrage et la distribution d’eau. La construction est faite de deux bassins. La longueur totale du bâtiment est 47 m, et la largeur 18,7 x 5 m. De la tour d’eau positionnée dans la partie nord du bâtiment, l’eau était menée à l’habitat par un canal principal et un canal de révision. La tour d’eau à Médiana n’a pas eu une longue vie. Construite probablement en fin du IIème siècle, elle n’a été en fonction que jusqu’au IVème siècle. Dans la zone de la tour d’eau d’autrefois, plus tard s’est développée une petite nécropole dans laquelle furent exhumés les habitants de village a proximité.

LES VILLAS A ET B (VILLAE RUSTICAE A-B) sont découvertes lors de la construction de la route Nis-Niška Banja.

LA VILLA A a été recherchée seulement dans la partie sud, tandis que sa partie nord a été détruite lors de la construction de la route. Dans les parties sud et est de la villa se trouvait deux pièces se terminant en semi rond, dont une avait une mosaïque au sol. Le bâtiment date de la première moitié du IVème siècle.

LA VILLA B a été préservée seulement dans le coin nord-est, tandis que le reste a été détruit avec la construction de la route. La villa avait une grande cour clôturée par un mur. On a découvert les restes des fondations de sept pièces  qui servaient pour logement. Dans deux pièces sont constatés des traces d’un grand incident dans lequel le bâtiment, plus probablement, fut détruit. Le bâtiment date du IV siècle.

Les commentaires sont fermés.